Les débats autour de la religion et de la laïcité au début du 20e siècle

Publié le : dans la catégorie : Clcs, Conférences

Le mouvement socialiste émerge et prend son indépendance par rapport à l'ensemble du camp républicain au cours du XIXe siècle. Il n'en garde pas moins un certain nombre de spécificités communes. La laïcité, les débats sur la place de l'Eglise et de la religion (sujets proches mais qui ne se recoupent pas entièrement) constituent la ligne de démarcation essentielle entre la gauche et la droite.

1) Tout en étant porteurs d'une critique sociale fondamentale, les socialistes de la IIIe république se situent tous à la fin du XIXe siècle dans le camp laïque. Caractéristique nationale qui ne se retrouve pas nécessairement dans d'autres pays européens, qui s'explique par les conditions particulières de l'histoire française et qui contribue fortement à façonner le socialisme français. Cette appartenance commune à la laïcité n'interdit pas l'existence de différences sensibles entre les divers courants socialistes, à présenter et à comparer avec ce que portent les autres forces du camp laïque, donc de la gauche de l'époque (radicaux et modérés laïques).

2) La bataille essentielle qui reste une scène fondatrice de notre histoire politique est celle de la Séparation des Eglises et de l'Etat, qui naturellement tient à des évolutions de fond mais aussi à des circonstances conjoncturelles (1902-1905). Des options importantes sont prises alors par les divers courants de la gauche dont les conséquences se prolongent jusqu'à aujourd'hui.

3) La Séparation transforme à son tour le camp laïque. Elle permet des évolutions qu'il faut présenter rapidement. En conclusion : quelle importance accorder à ces débats maintenant anciens ? Pour moi, ce qui se joue est que face aux difficultés actuelles, on ne peut pas imaginer une laïcité variable selon les religions, car ce serait contraire au principe même de l'universalité des droits établi par la laïcité et confirmé par les choix de 1905.

Le conférencier

Gilles Candar,  historien et enseignant (collège, lycée, classes prépas), président de la Société d'études jaurésiennes, dirige l'édition des Oeuvres de Jaurès en 17 vol., a coordonné une Histoire des gauches en France aux XIXe et XXe siècles (La Découverte, 20004 et 2005), auteur d'un certain nombre de livres et d'articles parmi lesquels une biographie de Jean Jaurès (avec Vincent Duclert) : Fayard, 2014, et une d'Edouard Vaillant, l'invention de la gauche (Armand Colin, 2018), une anthologie des écrits de Paul Lafargue : Paresse et Révolution (avec Jean-Numa Ducange) :  Tallandier, 2009, etc.

Lieu

2 octobre 2018 – 19h à l'Assemblée nationale (salon Mars)

101 rue de l’Université, Paris 7ème (métro Assemblée nationale ou Invalides)

Inscription (gratuite) obligatoire, au plus tard le 25 septembre 2018

Une pièce d’identité devra être présentée à l’entrée

Partages

shares