Tenaille identitaire

Publié le : dans la catégorie : Clcs

Un climat menaçant règne sur l’Europe. Cet été, les agressions xénophobes se sont multipliées en Italie. La constitution en juin dernier d’un gouvernement populiste de droite dure, qui a accordé des ministères-clés au parti d’extrême-droite la Ligue du Nord, a, de toute évidence, fait sauter les digues. Désormais, les plus excités ne se contentent plus de réclamer l’expulsion des migrants : ils s’en prennent physiquement à eux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 26 août dernier, des centaines de militants d’extrême-droite ont réagi à un meurtre imputé à deux migrants en organisant une « chasse aux étrangers » dans les rues de Chemnitz en Allemagne. Depuis, ils ont défilé par milliers à plusieurs reprises pour protester contre l’immigration, sur fond, là aussi, de montée du discours xénophobe dans une partie de la classe politique. En France enfin, la justice cherche encore à établir le rôle exact joué par la haine raciste dans la violente agression du 29-30 juillet dernier contre des jeunes d’un quartier populaire de Beaune. De la France à la Hongrie en passant par l’Allemagne et la Suède, les partis d’extrême-droite sont crédités de scores plus que confortables pour les prochaines élections européennes.

La xénophobie et le racisme blessent et tuent dans l’Europe du XXIe siècle. Une xénophobie, un racisme qui sont en plein essor sur le Vieux Continent, alors que des conflits sanglants en Irak et en Syrie ont jeté sur les routes de l’exode des centaines de milliers de migrants, qui n’ont plus d’autre choix que de tout risquer pour fuir la guerre. Les impérialismes portent une très lourde responsabilité dans ce désastre de toute une région, et dont le monde entier subit les conséquences.

L’impérialisme américain a détruit l’Irak et son Etat : c’est sur ces ruines que s’est imposé le monstre Daech. L’impérialisme français a participé à la première coalition occidentale contre Saddam Hussein et soutenu la dictature de Bachar El-Assad pendant de nombreuses années. Les impérialismes iranien et israélien jouent depuis des décennies un rôle de pyromanes au Proche et au Moyen Orient, défendant leurs intérêts respectifs en finançant des milices armées, soutenant telle ou telle dictature en fonction de la conjoncture. L’impérialisme saoudien, enfin, finance depuis de nombreuses années les ambassadeurs de l’islamisme jusqu’au cœur de l’Europe ; en ce moment, il bombarde et massacre les populations civiles du Yémen avec la bénédiction de l’Occident.

C’est tout ce contexte qui explique la tenaille identitaire dans laquelle nous sommes pris et qui menace d’étouffer nos libertés : extrême-droite européenne classique, xénophobe et ultra-conservatrice d’un côté ; extrême-droite islamiste, cléricale et séparatiste de l’autre. Pour en sortir, plus que jamais, une gauche universaliste et anticapitaliste doit renaître, en France comme ailleurs.

Paris, le 07 septembre 2018

Partages

shares