Présentation des Emancipé.e.s (http://www.resistancesociale.fr)

Publié le : dans la catégorie : Clcs

            En décembre 2017 paraissait dans L’Humanité et Marianne un appel à « lier le combat laïque et le combat social » : en quelques semaines il parvenait à récolter plus de 1.500 signatures de député.e.s, d’élu.e.s de gauche, mais également de personnalités du monde de la culture, d’intellectuel.le.s, de militant.e.s et de sympathisant.e.s de gauche. Parmi les instigateurs.trices et rédacteurs.trices de cet appel, nous sommes une majorité à avoir décidé, quelques mois plus tard, de fonder l’association Les Emancipé.e.s.

            Le sens de cette première intervention était, au fond, assez simple : il s’agissait de rappeler le lien historique et politique profond entre les combats émancipateurs de la gauche et l’exigence de laïcité. Toutes les religions portent peu ou prou un principe de hiérarchisation entre leurs adeptes et le reste des humains, entre croyants et non-croyants, et le plus souvent aussi entre hommes et femmes. Pour défendre l’égalité dans toutes ses dimensions, il convient donc que les convictions religieuses de chacun.e soient reléguées dans la sphère privée. Le regain contemporain des projets théologico-politiques, en particulier de l’islamisme, qui menacent les libertés de toutes et toutes, rendent cette exigence d’autant plus importante. Plus que jamais, les clarifications sont nécessaires au sein de la gauche afin qu’aucune de ses composantes n’apporte un quelconque soutien, même indirect ou inconscient, à ces projets rétrogrades et anti-sociaux. En ces matières, on le sait, qui ne dit mot consent : c’est pourquoi nous refusons de nous taire.

            Nous interprétons l’écho rencontré par notre appel comme un signe que les questions soulevées rencontrent les préoccupations d’un certain nombre de militant.e.s de gauche ; nous en tirons la conclusion qu’il est de notre devoir d’approfondir la réflexion collective sur ces questions et de continuer à porter largement la nécessité idéologique de ne jamais séparer le combat social, mais également antiraciste et féministe, du combat laïque. Dans cette perspective, nous appelons désormais les militant.e.s qui se retrouvent dans ces valeurs fondamentales à nous rejoindre. A court terme, nous avons déjà lancé un cycle de conférences autour de l’universalisme, ou se croisent témoignages sur la situation concrète des militants de la gauche laïque dans le monde, et réflexions plus théoriques sur les fondements de notre identité politique commune. A moyen terme, nous ambitionnons d’être en mesure d’intervenir dans l’actualité politique en réagissant publiquement aux événements chaque fois que ce sera possible.

Il est essentiel, dans cette période de doute et de trouble pour le camp qui est le nôtre, de faire entendre à toutes et tous le point de vue d’une gauche fière des valeurs qui l’accompagnent depuis sa naissance, sous la Révolution française. Loin de baisser pavillon devant la montée des nationalismes, devant l’offensive néo-libérale plus agressive que jamais contre les droits sociaux et les acquis des salarié.e.s, devant la tentation du repli sur soi, nous devons réaffirmer la nécessité d’une perspective d’émancipation collective. La gauche dans toutes ses composantes ne peut espérer se reconstruire sur la base de valeurs qui ne sont pas les siennes, ou dans des alliances douteuses avec des forces politiques qui lui sont viscéralement hostiles. Nous ne sommes lié.e.s à aucun parti ni à aucune organisation en particulier : nous cherchons à provoquer une prise de conscience collective dont la nécessité se fait sentir un peu plus chaque jour.

 

Texte publié dans Journal Résistance Sociale n° 171

Partages

shares